lundi 4 avril 2011

UN APRES-MIDI

La lettre du temps

Ouverte par le chant du merle –

Le brouillard se décachète

Puis va en ligne serrée

Limer les monts chevelus

Du ciel-le noir encré s’efface

Vers l’horizon Ouest

Le soleil perce un peu

Et crochète les lourds nuages

En les ouvrant à l’azur

Avec lui – perlent les bourgeons

Comme des émeraudes


Un coq lointain appelant les amis –

Il viennent et vous entretiennent d’amitié


On entend bientôt les enfants de l’école s’égailler


En face – sur le plus haut :

Siphon de la lumière :

Mont Blanc apparu resplendissant –

(clin d’œil) est de nouveau avalé

Par le lait de brume


De nouveau seul et …Le grand soleil

Qui chauffe comme témoin …

La lettre du temps refermée par le chant du merle …

Bruine rasant la table d’écriture –

Les point d’azur se referment sur le soir

Enregistrer un commentaire