mardi 23 août 2011

ECRITURE ET POESIE

AU PRISME DE SOURIRES

Jeunes femmes-azurites

Au prisme de sourires

Luisant dans une trame vespérale


Profilées frêles

Dans le sel solaire

Tombant doux

Dans le vent qui se lève


Jouent avec la terre

Jouent avec les ombres nacrées

De leur enfance

Où déjà s’est incrustée

La lumière de leurs amours


A peine le temps s’est-il suspendu à elles

Que le ciel blanchit – Elles s’arrachent de la place


Ce fut donc chutes pour un haillon de poème

Ainsi habillé en roi

Mais qu’il ne cristallise pas

Ou il en perdrait la tête

Qu’il crayonne la vie

Qui voit et entend

Les petits cris

Du secret

Quand s’y lève l’ancre fragile

D’une éternelle jeunesse


Ne trahis donc pas – poème !

Et remonte ton histoire !

Tu les trouveras encore ces éclairs

Et les tiendra pour auréoles

Sur les prismes

D’azur

Enregistrer un commentaire