lundi 30 juin 2014

VERTIGE !

VERTIGE !!



Terre à l’infinie configuration de l’avenir
Tu t’ordonnes et harmonise
Les hasards
Pour cultiver les belles fleurs
De la nouveauté
Sous l’œil torve
De guerres
Imbéciles
Entre humains aveugles

Terre de toutes les évolutions niées
Par des thuriféraires
De l’ignorance
Erigée en
Destin

Terre ! Tu es offensée
Dans ton existence mystérieuse ! :
On voudrait spolier ce
Qui te reste de
Nature et …
Avec un grand cerclage de
Feu – de fer et d’atomes –
Emprisonner tes
Aurores – tes
Saisons !

Quel vertige de ne pas te découvrir
De sœur dans le cosmos !!
Mais cela n’étonne pas
Les monstres de
Nous savoir
Solitaires –
Nous les humains
Dans l’univers !

Terre ! La peau de ton ciel
Sur nos peaux d’humains
A construit leurs
Couleurs
Et nos langues – nos sciences
N’en ont retenu qu’une leçon :
Un seul sang pour
Tant d’innocences désignées
Pour la mort et …
Tant de crachats à la gueule
Des fontaines et des mers
Parmi nous : des monstres
Pillent – rançonnent
 Et tuent ou délèguent
Des tueries pour
Assassiner la
Nature et …
Dans elle – celle de l’Humanité
Ainsi l’humain est
Arraché à
L’humain …

Quel instinct de mort
Ces monstres instruisent
Pour tout ce qui relève de
L’innocence et de
La paix grandie
Dans une nature policée
Mais vierge et riche
De toute empreinte
De la domination !

Enregistrer un commentaire