lundi 28 juillet 2014

L'AMITIE A L'ACCROCHE DU CIEL



L’AMITIÉ A L’ACCROCHE DU CIEL




Lentement  chaque temps passé –
Comme un multiple d’instants
A l’accroche du ciel
Qui varie –
Suinte des hauteurs

Voraces – nous mangeons
Les coins d’azur –
Nous dévorons la bruine
Et l’ami allemand est
Au bord des larmes
Où est passé
Son amour ?
Disparu sans trace …

Combien de temps à recompter ?
Combien à refaire vivre ?

La pluie gémit – grossit –
Elle s’installe – enfourchant
Nos cœurs

Plus aucun chant
A sillonner le vide
Pour entraîner notre écoute …
Rideau fermé sur les montagnes …

Tout à coup :
Cataracte au regard
Avec des gouttes comme des balles
Avec des éclairs chargés de poudre
Qui craquent avec un
Grand souffle
Pliant
Les arbres à les faire
Se briser

Mais la paix se cultive par grand vent
Et ici – l’amitié n’a pas
A se prouver
Elle s’éprouve et s’épouse
Par le plus tonitruant
Des cieux qui
Tombent
Jusqu’à
Se gonfler de brouillard

On laissera cet instant
Bâtir une éternité
Pour penser
Les bombardements sous l’azur
Ils cassent une Humanité …
Là-bas … Là-bas …
La paix appelle – appelle ! …
Le véritable et
Bel horizon
Est à cultiver avec les oliviers
Enregistrer un commentaire