lundi 23 février 2015

CREUSER L'ESPACE D'UN BAISER




CREUSER L'ESPACE D'UN BAISER



Première note
Au foret du silence :
Une porte …
A l'envers de l'élan -
Qui s'annonce
Sonnant …

Mais alors l'arrêt
Forge un songe dansant
Au creux des sens …

Sortilège et florilège -
Ouverts ensemble -
Épongent
L'oubli

A creuser du sol
Le souvenir ne faillit
Que pour celui
Qui n'ose
Faire siéger d'abord
En surface
La rose de
L'ailleurs mordant
De fièvre

Porte à l'envers :
Face intérieure du verbe
Allégé par le songe
Qui ne se cache
Ni ne s'enferme dans
Un extérieur
Errant

Ici - les doux bruits qui s’enchaînent
Aux lueurs de la nuit -
Ne ferrent pas
Le cheval
Pénétrant l'être
De ses mille et cent pas
Au galop sur
La verticale
Des mots

C'est l'heure d'en-ville
Où s'enfilent des rameaux de chaleur
Sous le auvent - dans les halos
De réverbères savants …
Face aux couloirs
D'un horizon
Secret …

Tu écris partant de ce qui sonne
Dans des onces
De miracle
Que n'envahissent
Les « bonzes »
Assis au cénacle du temps

C'est l'instant qui foule avec tendresse
Le grand fond où roulent
Les caresses des
Plus poignants
Désirs accrochés
Aux voix des regards
Qui cognent
Leurs sourires sur
Les lèvres des
Rêves

Tu écris et l'oisive gueuse
Du poème te toise
Et tu creuses
L'espace d'un baiser
Avec le foré du
Silence …

Le mot imprenable
Qu'est l'amour
Se libère
En lançant ses éclats
Rougissant de
Musique
Serrée
Sur la rampe du proche et -
Insatiables - hérétiques -
Se trempent du toujours
Les joues de l'âme
Qui ont gonflé
Au souffle de
La présence
Tenue nue maintenant
Dans la nuit où
Vient de slamer
La porte des
Poètes ...
Enregistrer un commentaire