jeudi 19 février 2015

GERBE DE VIE




GERBE DE VIE



Malgré toute la douleur creusant la souci
Toujours le germe d'un poème vient et trace
Au bon gré de sa chaleur - un lien qui déglace
L'amour et la bohème pieusement farcis
De saintes prières - de misère contraintes -
Suintant dans la pierre du désert : la plainte


Oui ! Ami ! Empare-toi des trésors du vers
Sur le tamis de l'ouïe où l'art broie le sort
Qui sévissait dans le trou d'une ombre sévère
En trompant la vie - mais l'écrou contre la mort -
Il le revisse - ravissant la solitude
A l'Ankou si convaincu de ses certitudes …

Et c'est un coup qui ne peut être séculier
Car rompu à un exercice singulier
Où celui qui y a bu tisse toute toile
Sur tout ce qui luit comme élu par les étoiles …
Ivre de la potion prise dans la passion -
Oui ! Grise-toi de surprises en émotions …

Ami ! Vois ce lien qui te fait bondir de joie
Arme ta voix pour ce bien : il sera ta voie
Pour grandir et resserrer ton Humanité
Contre ses fers où se perd tant de beauté

Là où la magie fait encore des prodiges
Ne s'agitent plus âme et corps en un litige
Mais conquièrent chemin qui restait dans leurs mains
Délestant leurs trains pour serrer les lendemains
Enregistrer un commentaire