mardi 27 octobre 2015

LA SOIF D'UN SIFFLEUR POUR LA VILLE

https://youtu.be/NBQJxSLSEb0




LA SOIF D'UN SIFFLEUR POUR LA VILLE



Si la musique vibre contre le vacarme
Elle demeure l'ascétique fibre de l'âme
Ville ! Ne meures à sa flamme contre silence !
Et arrime ses drames à ta vraie puissance
Embrassant - folle - le plus voilé des soleils
Jusqu'à battre de ses rythmes cassés la veille

Mais la musique vole son temps avec toi
Elle pulvérise ton trafic et ses lois
Grisant tes lèvres elle débride tes sourires
Déridant ta pensée et ta faim de désirs
Ville ! Que tu hisses ces baisers du poète
Aux rêves policés - sans trêve pour l'esthète

Musique ! Tresses les cheveux de la circulation
Ainsi dresses les aveux de la ville en passion
Couvres la grande Dame d'un habit de paix
Qui ouvre une trame sur son débit drapé
Coiffé même en fleurs et feuilles d'automne...
Accueillie – aimée : la soif du siffleur étonne
Enregistrer un commentaire