jeudi 26 novembre 2015

DE LA PUISSANCE FLEURIE DE TOUT UN PAYS



DE LA PUISSANCE FLEURIE DE TOUT UN PAYS



Que – dans les feux de la nuit -
Nous approfondissions la clarté
De notre amour …
Que nous ne la livrions pas
A l'étendue de l'obscur
Où pourrait s'enfuir
Notre futur...

Si les murs sombres ne recouvraient
La promesse du lointain …
Si chacune de nos œuvres 
Se chargeait de la caresse
Du proche inconnu …

Nous aurions atteint
Le croisement des exils
En les faisant toucher
A l'essence de
Notre ville …

Et nous garderions en nous
La puissance fleurie
De tout un pays !

Notre âme ne peut demeurer
Le tombeau des larmes
Ni crier avec
Le tombereau
Des douleurs qui hantent encore
Nos cœurs !

Ni la purulence des guerres
Ni leurs hurlements
Ni même
Le pullulement du désespoir
Ne nous priveront
Du savoir et
De la tendresse
Pour tous les innocents …

Et nous ne pouvons nous asseoir
A la table des Princes
Où des mains
Se rincent
Au sang d'enfants
Sans lendemains !

Baignons nos larmes
A la fraîche fontaine
De l'Humanité !

Jamais l'amour ne se mettra à genoux
Sur son chemin ajouré
Par chaque pas
Vers l'aurore !
Il grandira dans l'horizon
Des matins pâles
Où se tient
Déroulé
Le fil d'or de tout
Lendemain

Nous nous hissons
A la hauteur claire
De notre amour !
Nous l'approfondissons !...
Enregistrer un commentaire