samedi 2 juillet 2016

Des vers pour mémoire et présent sonnent le futur !

peinture : Marie Hélène
Mixed Média - Pébéo

Le 30/06/2016



SANS ARTIFICE : BOIRE ENCORE AU VERS SANS REVERS NI SACRIFICE !



Raccommoder la mémoire aux mots démodés
que l'âme au dit ému amarre comme en moires
et - qu'au miroir ils muent - elle aime - sans céder
aux déboires maudits - qu'ils soient encore à boire



Nul ciboire aujourd'hui où clamer poésie
sauf qu'à son abri elle se broie – perd son âme
en accents sans bruits mais - par l'étroit saisi :
au froid - son sang dessaisi s'enferme en sa trame !


Elle sait bien que sans avoirs à y virer
en biens et succès est donc nul ce lien de messe
pour voir ses lieux sans décès qu'elle fait mirer
en savoir sans s'admirer aux temps de détresse



Le 1/07/2016

  LA SUIE DES MURS ESSUYÉE PAR LA SUEUR DU CIEL !



Béante rue ! Si – val en ville – y hante vent
nulle décevante ou vile vue n'y avalent
le blanc filet des nues annulant paravent
sauf – qu'en émule bien civil – on y cavale !


Si de la sueur du ciel l'averse est venue -
essentielles et nues s'y reversent nos heures
et s'avère – sans bruit ni fiel qu'y ayant bu
kyrielles de lueurs la défient : la chaleur


Et la pluie a essuyé la suie de tous murs...
Dans la nuit – conviée par leur allure : la ville brille.
et n'est silencié dans le bruit : son futur
si – à l'abri de ramures - elle s'habille


D'océan : ruelle en Cendrillon bien chaussée
n'est souillon si la ville en ses accents appelle
pour qu'en décents liens nous veillons à l'embrasser
en drilles s'y pinçant : princes de son réel !



Enregistrer un commentaire