dimanche 15 octobre 2017

UN DESSIN DE VILLE


Le 15/10/2017

UN DESSIN DE VILLE





O Ville ! Pour l'accent aigu de ma mémoire

Tranquille pour cent écus au « Comptoir Voltaire » -

Tu t'habilles -décente- d'une belle moire

Que scelle cendre où tes bras brillent et se serrent


Alors la paix rugit en ton sein protecteur

Où frappés en magie d'or tes desseins accueillent

Tant l'épais essaim qu'en corps tu régis à tes heures

Hors destin : l'arpégie happée au chœur des feuilles

samedi 14 octobre 2017

UN POEME POUR LE DOUX AUTOMNE




L’ACCROCHE-CŒUR


J'accroche les feux de la ville aux regards

lumineux des amoureux et me garde de

l'ombre qui déborde en ciel l'horizon

stellaire des murs braisés trop rangés .

Les arbres parlent en filet d'émeraude :

Cette incandescence qui érode le temps .

L'automne - doux encore – soigne leurs

mots qui effeuillent un silence roux plié

au temps qui s'en va dans la veille où l'at-

tente ne creuse pas sous les pas derniers

qui ont déjà chanté la rébellion contre

toute mort de l'humain qui se tait ...

Grande force dans l'organisation de la résistance palestinienne qui se retrouve elle-même dans une volonté de paix et d'unité contre la barbarie fasciste de l'armée israélienne ...