dimanche 11 septembre 2011

SEPARATION-PETRIFICATION

SEPARATION-PETRIFICATION

Rigide est cette mort

Asséchant tous les lits

Défaisant du plus fort

Jusqu’au moindre courant

Eteignant les brûlis

Jusqu’au moindre sarment

Faisant poudre-fantôme


Et – destruction de l’Homme –

Cette mort est vitesse

Plus précipitation

Tourne en rond dans l’action

Elle avale forêts

Et vies sans intérêt


Aime jouer la jeunesse

Qui l’attire et l’obsède

Des parvenus beaux sires

A tous leurs désirs cède

Pour faire loi d’aînesse

Contre ce qui fleurit


Mais de cette perverse

Tu te sépares et ris

La passant toute au crible

La désignant pour cible

Ne plus s’y appuyer

A l’énergie se fier

Sans attente ni foi

Quand elles ruinent en soi

Le seul mystère de l’art :

Son faire âme au hasard


C’est la vie qui parie

En lui et dans Paris

Et même en sa lumière


Quand la pluie rentre en terre

Que limon et humus

Appellent au corps la muse

Que le verbe interpelle

En amour-étincelles

C’est là joyau de voix

Se pénétrant de joie

Ayant vaincu Gorgone

Avec tout ce qui sonne

Malgré – Pauvre Misère ! –

Ce qui lui fait la guerre


Puisque cette mort sépare

Nous n’y prendrons plus part …

Enregistrer un commentaire