samedi 28 février 2015

NUITAMMENT VÔTRE




NUITAMMENT VÔTRE




Vraie suite pour nuitamment vôtre
Cette antre au lumineux instant
Vous rend étonnamment apôtre
Du chant des amants ressentant
Charme et puissance du tout proche
Pour différence qui accroche

Non ! Ils n'épuisent leurs regards
Quand ils tracent tant d'horizons
Qu'en lieu et place de leurs raisons
Leurs yeux gardent un bel égard
Où Liberté qui les enflamme
Abolit l'obscur dans leurs âmes

Passent les murs qui nous régissent
Passe encore la pluie qui sonne … :
Futur qu'efface éclats qui tonnent !:
Tendrement - amants te retissent
Boutant le saint étal des rêves
Hors du sommeil qui est leur trêve

Et le train de la vie avance
Sans que peine leur libre temps …
Poème à leur traîne tu t'étends
Mettant au défi la présence
De soulever tout ce désir
Du mystère qui reste à saisir

Une fugue passe en leurs voix
Espace en allure d'espoir
Qui allume leur beau miroir
Leurs figures en tracent la joie
Et se reliant sans un phare
Ils lisent leur yeux avec art

Pendant que déglacent tes vers
L'instant embrasse mille lunes
Que tant de beaux rêves immunes
S'élèvent contre leurs travers
Ils ont tant et tant essayé
De sevrer leur art pour se lier
A la musique des amours
Qu'ils ont oublié son parcours

Énigmatique elle demeure
Gardant ainsi sa vraie chaleur ...
Enregistrer un commentaire