mardi 19 juillet 2016

Madrigaux de Monteverdi, Livre VIII à la Philharmonie 1 sur 2 ... Fin, gracieux , profond et finalement : sublime est ce chant qui , en renaissance , fait bilan de l'"amour courtois" et l'ouvre ! Cela prend des accents contemporains en dégageant avec l'amour un monde de paix ! Musique si fraîche, sautillante et intense avec une fantastique interprétation ...

Enregistrer un commentaire