mercredi 29 mai 2013

FRAGMENTS DANS LA NUIT PARISIENNE



FRAGMENTS DANS LA NUIT PARISIENNE



Les enluminures de la ville
Font claquer mes lampes
Et jeter mon encre
Dans la compagnie
Des errants


Et la pluie sacre son éclat
Pour un voyage
Dans ma voix


J’invente un monde où
Se ressourcent tous
Les départs qui
Glissent entre
Les murs


La vie pleine transperce
Le creux des vagues
Qui emportent
Mes mots


Terre est ville qui souffle
Sur les haillons en feu
De ma parole


C’est Paris
Qui attrape mon silence
Et lui inocule
Rumeurs
A partir de la trappe
De l’instant


Mouillant ma destinée
Pour la métamorphoser en hasard –
La rencontre gonfle
Les courants
Amicaux
Qui
Passent les digues
De la solitude


J’y baigne le sang d’un poème …


Pétrification du temps :

Toute brûlure dans ma chair
Se cautérise – cicatrice
D’une vieille bohème
Surprise toujours
De son renouveau
A travers le bain
Cosmopolite
Où transpire
La pluie


M’instruisant du regard de frères
J’abolis la promesse
Que je tenais
Des « héros » de
La prophétie …
Et je n’attends que celle
De l’amour flambant
La vitesse en longs
Baisers


O vous les hurleurs du temps perdu
O vous à qui les spasmes de la ville
Font compter les chants
Epanouis …

Je vous tends mes fleurs
Pour que l’armée
Des puissances
Ne rentre pas
Dans vos
Rêves  

Qu’est-ce qu’un rêve
Qui ne glanerait pas
Notre espoir de
Damné


O futur !
Je déstatufierai la poésie
Et je m’en irai
Après avoir
Apprivoisé
Mes lions …
Ils pacifieront toutes
Les jungles et
Redonneront vie
A tous ses passeurs


Nous sommes tous
Dans la béance
Laissée creuse
Du partage
Enregistrer un commentaire