mardi 31 mai 2016

UN NOUVEL AIR DE MAI REPRIS A LA PLUIE !


UN NOUVEL AIR DE MAI REPRIS A LA PLUIE !


Les rais de plume qui mangent le lait des murs
c'est la pluie qui ronge les plaies de toute attente
où plonge et se plie le songe hors de la nature
pour des clés qui se rangent au lit des bacchantes

Or Mai se crispe-t-il en promesses d'azur?
Crissent les voitures en d'impures vitesses
qui crient la tristesse en ruminant ce qui dure
mêlant au bitume mouillé ce qui l'oppresse !

Mai ! Si tu chantes le soleil – regarde mieux
et sois sérieux s'il s'écarte comme fragile...
Qu'il s'essaye au barde fébrile pour tes yeux :
il sent que se raye fardé ce gris de ville...

Ville ! Ici il te berce cet arbre qui sait
sous sabre d'averses rabaisser en racines
Ce qu'il verse aux ravines en sève passée
Il n'est ladre à t'en reverser coupable guigne

Ville ! Enjouée – trempée aux bielles coulant d'esprit !
Que s'essaye en ta rampe ce qui joue - se lance
Jusque dans nos vielles où gicle l'air repris
A la pluie où se saoule ton intelligence !
Enregistrer un commentaire